Comment faire de l'outbound marketing dans le digital ? ...

Commencez à écrire ici ...

Inbound... Outbound... Ces deux termes font incontestablement partie du vocabulaire actif des spécialistes marketing du XXIe siècle.

Dès que l’on soulève la notion d’inbound marketing, les connaisseurs ont en tête cette stratégie visant à attirer les consommateurs à soi avec des contenus ciblés. On parle alors de techniques incluant le SEO et le SEA, les articles de blog optimisés, le partenariat avec les influenceurs ou les évènements sponsorisés. Les animations de conférences, les livres blancs, les études de cas et les avis naturels figurent tous parmi l’inbound marketing.

Si cette stratégie dite « entrant » a le vent en poupe, il faut savoir que l’outbound marketing, une technique plus traditionnelle, ne tombe pas aux oubliettes. Même dans une époque où le numérique bat son plein, le marketing « sortant » porte encore ses fruits. Les entreprises continuent alors d’investir dans les publicités à la TV et à la radio, les panneaux publicitaires, les appels commerciaux et les stands sur les salons. Les spam SEA, les avis sur plateformes payantes et les distributions de flyers restent efficaces.

Faisons le point sur ces stratégies outbound et leurs applications dans le digital !

Qu’est-ce que l’outbound marketing ?

Forme classique de la mercatique, le marketing sortant met en avant une communication où l’annonceur s’avance vers le consommateur. Avec cette technique, les actions réalisées par les entreprises correspondent à des démarchages commerciaux destinés à pousser les prospects à consommer. C’est la raison pour laquelle on parle également de « push marketing ».

Dans le monde réel, il s’agit des annonces, sous forme de textes, d’images, de vidéos ou autres moyens, réalisés sur des lieux fréquentés par les clients. Dans l’univers digital, les grands panneaux publicitaires des rues se transforment en pop-ups dans les sites à fort trafic.

Outbound marketing : quelle est la stratégie gagnante ?

Peu moderne et intrusif : tels sont les qualificatifs souvent attribués à ce type de communication marketing. Toutefois, la stratégie utilisée peut être respectueuse des prospects et moins agressive. Pour adopter la politique gagnante, quelques règles s’imposent.

Commencez par positionner votre stratégie outbound en déterminant les cibles et les canaux pour les atteindre. Afin de moins agresser vos prospects, il faut savoir limiter le ton trop vendeur. Au lieu de tomber dans le « too much », vous devez démontrer vos offres de manière plus objective.

Il est à noter que la stratégie digitale à adopter varie selon les domaines d’intervention. Dans plusieurs secteurs, l’attention à la lecture diminue au profit d’autres types de contenus. Vous devez aussi essayer de personnaliser les annonces selon les catégories ciblées.

Faut-il associer l’inbound à l’outbound ?

L’inbound et l’outbound marketing forment deux notions bien distinctes, voire en contraste. Pourtant, ces concepts se complètent pour constituer un mix de stratégie plus performante. Si l’inbound est fait pour attirer avec douceur, l’outbound permet de conclure l’affaire.

Avant l’essor de l’inbound marketing en entreprise, les consommateurs se sentaient noyer par la masse de publicités lancées sur tous les canaux. Plus tard, le marketing moderne apprend aux marketeurs d’entamer la conversation de manière non intrusive. Il laisse les internautes rechercher les informations dont ils ont besoin, en s’assurant de la visibilité des liens et des mots-clés menant vers l’entreprise.

Mais cette action ne suffit pas pour transformer les cibles en acquéreurs. Les actions outbound s’avèrent nécessaires pour pousser les clients à la décision ultime d’achat.  

Quand miser sur la stratégie de marketing sortant ?

Comme les consommateurs sont lassés des tonnes de publicités et d’offres promotionnelles tant sur internet que dans les endroits physiques, l’usage de l’outbound marketing doit être bien pesé. Mais dans certains cas, il devient incontournable. Si vous vendez, par exemple, vos produits par intermittence, la saisonnalité a du mal à s’aligner avec l’inbound. Il en est de même pour les commerces locaux où mieux vaut directement cibler les prospects avec des moyens outbound.